A CROCS...

Publié le par Nawa

Je suis une droguée, je n'ai pas honte de l'avouer. Je m'en mets plein le nez, plein les veines, je la transpire dans mes descentes, j'ai des frissons et presque morte quand elle s'en va, qu'il ne m'en reste un gramme, quand s'instaure le manque. Je ne peux m'en passer. Besoin de cette drogue vicieuse, insidieuse, menteuse qui m'offre aux hallucinations, aux excès, aux rêves démesurés. Sans elle je ne suis que chaire subie et sanglante tentant la mort d'être en avance. Sans elle je ne suis que résignation et fatalité, attendre là, à crever. Jusqu'à ce qu'elle revienne, que je m'approvisionne au détour d'un chemin, me ruinant juste pour faire peser la balance. Elle m'a liée pieds et poings et c'est ligotée que je crois enfin à ma liberté.Elle m'a muselée et c'est entravée que je crois mordre. Elle est le concret des mes abstractions, elle est la folie de ma sagesse. Junkie jusqu'au bout des ongles, incurable, intraitable, inviolable, je suis l'esclave de sa substance, elle est la servante de mon addiction. Je ne sens que la douceur de sa violence, la légèreté de ma dépendance. Ne me jugez pas, on m'a souvent infligée la désintox, sans succès. Je suis faible. Comme vous. Je suis accro. Comme vous. Je suis pitoyable. Comme vous. Poupée parmis les chiffons. Comme vous. Shootée. Comme vous. A l'espoir.

Publié dans RG

Commenter cet article

david 09/11/2009 21:09


Et bein non, t'es pas pitoyable. Ce blog le montre, tes envies, tes rêves, tes idées. . A bientôt. Merde je t ai jugé.


Oxygene 09/11/2009 20:16


Hélas, l'espoir n'est pas le moteur des révoltes ni des révolution. Et pourtant il nous en faudrait une grande, maintenant, pour reconstruire tout ce que Raffarin, Villepin et Sarkozy ont détruit.