BONNE ANNEE ?

Publié le par Nawa

Quelle année mes enfants quelle année !!! Ca a commencé doucement, le temps d'éteindre quelques feux de voitures, nettoyer les vomis des caniveaux résultats d'abus de champagne bon marché (n'oublie pas que c'est la crise !) et de se remmettre doucement en position servile. On a cru que ça allait être une année comme une autre, sous le signe du capricieux et du sage à terre, de la balance et du cancer social. Que nenni mes amis. Dès février y a eu la fièvre. Les ghettos ont cramés mettant le feu aux centres de nos villes. L'arabe parlant le verlan, a remis sa casquette à l'endroit pour aller niquer les feux rouges des avenues commercantes. Ils ont très vite été rejoints par les sans abris, les chomeurs et autres précaires. Ca a commencé a faire du monde. Les transports publics n'ont très vite plus transporter grand chose si ce n'est l'évidence que le seul concept public qu'ils véhiculaient étaient de te priver d'eux. C'est donc à pieds que la pauvreté française s'est mise en marche, calcinant les restos du coeur, se servant directement dans les allées d'un carrefour, devenant les leaders du petit price, dévalisant des leclerc pas très clair. Y avait aucune banderole pour quémander une quelconque chose. Ces affamés, sans rien demander, prenaient tout simplement ceux qui leur revenait de droit. Les pole emploi qui de l'avis général te trouvent des emmerdes qu'ils nomment poliement "travail" subirent le sort incandescant des feux rouges, des vitrines, des bus. Devant l'enthousiasme général à l'exercice de la pyromanie, les étudiants désintègrèrent leurs syndicat, renvoyant leur porte parole dans les couches usagées de leur parti politique respectif. Une fois libre, ils sont venus, tjs sans banderoles. Il n'a fallut que quelques semaines pour que les salariés, privés de public ou publics de privé, rejoignent les pyromanes. Et là ce fut la folie. Devant un tel assaut, les crs et autres uniformes n'ont eu d'autres choix que des rendre les armes. C'est vers avril qu'on en fit un grand feu de joie. Les prisons ne furent pas épargnées, les HP non plus, la norme étant alors à la folie. Le pays, immobilisé, n'a jamais autant bougé. Les élections régionales ont été désertés, les cartes d'électeur cramées, un taux de participation de 3% qui ont d'ailleurs cramés juste après. Les recquisitions de logement étaient évidente, augustin legrand ayant était enfermé dans une tente chez le patron de décathlon, (cramé lui aussi évidemment) plus personne ne dormait dehors, plus personne ne dormait tout court. Les jardins publics sont devenus d'immenses potagers pour pallier aux défaillances d'un capital non approvisionné. On y planta aussi des courges, variété bachelot et boutin. Tous les mercredi le conseil des ministres étaient tenus par des illuminés venus de la rue, on a voté l'expulsion de besson, la vente au kilo de kouchner au soudan, le découpage d'hortefeux sous les nouvelles caméra qu'il avait commandé, le démontage de celles-ci, le feu qui va avec, on a aussi voté des peines d'humiliations pour les détenteurs d'assurances en tout genre, de contrat bancaires, de carte bleue, de téléphone portable. Les écolos à la manière de nicolas hulot ou l'autre aussi en hélicoptère n'ont jamais aussi bien vu la terre vue du ciel vu que tous les gros cons consciencieux furent envoyer sur orbite (et dieu c'est vrai qu'ils tournent bien)Les écoles se sont émancipées décapitant une nouvelle fois les têtes couronnées, les enseignants sont désormais obligés de faire des stages hors de la nationale éducation pour voir comment se passe la vraie vie, les banquiers sont condamnées systématiquement à des peines de prison à perpétuité dans les cellules des coffres forts ceux ci ayant été dévalisé et le contenu envoyé en afrique par avion. En octobre, la france a inspiré d'autres pays. Les russes attelèrent poutine à un missile, direction tchétchénie où l'attendait un comité d'accueil, les noirs d'amérique ont repeint obama en blanc pour arréter la confusion, les obèses ont démonté mac do après mac do(ceux qui n'avaient pas encore cramés). Les excèdents alimentaires de nos oppulentes sociétés post industrielles  furent envoyés à gaza où désormais étaient emmurés les colons sionistes. En fin de cette année, les milliards que nous sommes à crever de faim ou d'autres choses n'ont plus que pour priorité de vivre libre, allant chercher la bouffe là où elle se trouve, dans les poches pleines de gros cochons capitalistes capitulés, ayant troqué leur monde liberal contre un monde libertaire.
Merci pour cette année sous le signe du feu, 2011 attend l'eau, la terre, le vent et je vous la souhaite aussi bonne.

Non c'est pas ça ? Tu me prends pour une bargeot ? Ce que je dis n'a aucun sens ? 2010 ne peut pas être comme ça ? ok. Alors attends toi à t'émoustiller la braguette avec 3 manifs à la con estampillées police nationale, à t'indigner sur les crevards sous tes fenêtres et ceux de ton poste télévisé, à ce que l'afghanistan crève au moment de ton plateau télé, que gaza meurent de faim, à la sodomie de ton patron pour aller sucer un banquier bande mou, bref jusqu'à ce que rien ne bouge si ce n'est notre médiocrité. 2010 une année de plus, de merde et t'as pas besoin que je te la souhaite bonne...la merde.

Publié dans RG

Commenter cet article

laurent nicolas 01/01/2010 20:09


OUf excellent je savais pas comment les aborder ces voeux. Merci.